Encyclopédie de l'Ordre Nouveau
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -56%
Rimmel – Crayon Automatique Exaggerate ...
Voir le deal
3.45 €

Jacques BOUVAIS (Chef de trentaine de la Franc-Garde bénévole de Foix - Ariège)

Aller en bas

Jacques BOUVAIS (Chef de trentaine de la Franc-Garde bénévole de Foix - Ariège) Empty Jacques BOUVAIS (Chef de trentaine de la Franc-Garde bénévole de Foix - Ariège)

Message par Admin Mar 26 Mai - 13:14

Jacques BOUVAIS

Chef de trentaine de la Franc-Garde bénévole (Foix - Ariège)

Jacques BOUVAIS (Chef de trentaine de la Franc-Garde bénévole de Foix - Ariège) Bouvai10


Promotions :
Caporal : 01.12.1916
Sergent : 30.04.1917
Sous-lieutenant : 28.03.1918
Lieutenant de réserve : 21.04.1924
Chef de trentaine (Franc-Garde bénévole)


Jacques Paul Bouvais est né le 10 janvier 1895 à Nantes (département de la Loire-Inférieure). Combat durant la Grande Guerre comme aviateur de reconnaissance, nommé officier à la fin du conflit(1). Titulaire de la Croix de guerre avec sept citations, Chevalier de la Légion d'honneur. Il travaille ensuite pour Latécoère au Maroc, puis industriel à Nantes.
Président de la délégation spéciale de Saint-Paul-de-Jarrat, et chef local de la LFC. Il adhère courant 1943 à la Milice, et sera en 1944 chef local de la Milice(2), fournissant rapports réguliers et informations au siège départemental, comme les autres chefs cantonaux. On en déduit qu'il fut donc potentiellement chef de trentaine au sein du canton de Foix. Le 17 janvier 1944, Pincemin écrit au chef régional afin de proposer Bouvais comme sous-préfet de Saint-Girons.
Bouvais et sa femme furent victimes d'un attentat sur la route de la part du maquis, le 24 mai 1944(3). Quatre balles sur six l'atteignent, deux pour lui (dont une à la tête), et deux pour sa femme. Après avoir été soignés à Foix (leur maison sera entièrement pillée par les habitants du village), ils partent dans le Tarn chez de la famille. Naïvement, il rentre à Foix le 25 août 1944, afin de voir le préfet. Il est mis aux arrêts avec sa femme, et sont brutalisés. Condamné à mort par le Tribunal militaire permanent de l'Ariège, le 25 octobre 1944, il est fusillé le lendemain à l'aube(4).


1 Fils de Michel Louis Bouvais (industriel) et de Marie Louise Bourliand - Domiciliés au 11, rue de Strasbourg à Nantes (Loire-Atlantique) - Classe 1915 - Profession avent guerre Etudiant - Classe 1915 - Recrutement de Nantes (Loire-Atlantique) sous le matricule n° 1216 - Mobilisé au 118ème régiment d'infanterie, le 16 décembre 1914 - Affecté au 411ème régiment d'infanterie, le 11 mars 1915 - Croix de Guerre et citation à l'ordre du 411ème régiment d'infanterie, en date du 26 janvier 1916 - Citation à l'ordre du 411ème régiment d'infanterie, en date du 23 juin 1916 - Passé à l'aéronautique militaire comme élève pilote à l'école d'aviation militaire de Dijon (formation théorique), le 18 août 1916 - Affecté à l'école d'Etampes pour passer son brevet élémentaire de pilote militaire, le 1er septembre 1916 - Epreuves du brevet militaire du 9 au 15 novembre 1916 - Brevet de pilote militaire n° 4921 obtenu à l'école d'aviation militaire d'Etampes, le 15 novembre 1916 - Stage de perfectionnement (sur Farman F 40) à l'école de Châteauroux du 17 novembre 1916 au 2 janvier 1917 - Nommé Caporal, le 7 décembre 1916 - Pilote du GDE du 2 au 26 février 1917 - Effectué 22h25 dans cette unité - Pilote de l'escadrille F 41 / AR 41 du 26 février 1917 au 22 janvier 1918 - Citation n° 582 à l'ordre du corps d'armée, en date du 26 mai 1917 - Nommé Sergent, le 15 avril 1917 - Citation n° 634 à l'ordre du 32ème corps d'armée, en date du 6 septembre 1917 - Stage à Luxeuil-les-Bains, les 7 et 8 novembre 1917 - Stage au centre GDE du Plessis-Belleville sur avion Dorand AR 1 du 13 au 18 novembre 1917 - Effectue 169 heures de vol dans cette unité - Pilote de l'escadrille SAL 122 du 22 janvier au 19 août 1918 - Nommé Sous-lieutenant, le 28 mars 1918 - Citation n° 216 à l'ordre de la 8ème armée, en date du 15 juin 1918 - Effectue 105 heures de vol dans cette unité - Affecté au Maroc, le 18 août 1918 - Embarque à Marseille à destination du Maroc, le 12 septembre 1918 - Débarque à Casablanca, le 20 septembre 1918 - Pilote de l'escadrille AR 556 du 20 septembre 1918 au 17 avril 1919 - Effectue un total de 106h35 dans cette unité - Citation à l'ordre de l'aéronautique du Maroc, en date d'avril 1919 - Démobilisé, le 17 septembre 1919 - Nommé Sous-lieutenant à titre temporaire, le 21 avril 1920 - Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée, en date du 4 décembre 1920 - Intégre les lignes Latécoère du début novembre 1920 à 19 février 1921 - Premier vol pour les lignes, le 14 novembre 1920 - Effectué un total de 116h50 de vol - Affecté, dans la réserve, au 31ème régiment d'aviation de Tours, le 22 mars 1922 - Nommé Lieutenant de réserve, le 21 avril 1924 - Une période d'entrainement au 31ème régiment d'aviation d'observation de Tours du 15 au 30 seprembre 1928 - Marié avec Henriette Verdier, le 7 février 1931 - Profession Directeur d'usine - Une période d'entrainement au 31ème RAO de Tours du 4 au 25 avril 1932 - Affecté à la 3ème région aérienne de Tours, le 11 avril 1936

2 Source : PV de Jean Galy, qui le cite à ce poste début 1944. D'après une milicienne (Papin Marguerite), il était le seul milicien de la localité !
Cette commune dépendant du canton de Foix, il est donc possible que Bouvais soit chef d'une trentaine du canton...

3 Suite à l'intervention de la Milice contre le maquis local, qui se solde seulement par l'incendie d'une grange qu'il occupait. Bouvais sera accusé d'être le dénonciateur par le chef du Comité de Libération local.

4 Sa femme sera condamnée à dix ans de travaux forcés.
Parcours militaire et photographie : correspondance de l'auteur avec Jean-Jacques P., son petit-fils.



Citations de Jacques Bouvais

Croix de Guerre et citation à l'ordre du 411ème Régiment d'Infanterie, 26 janvier 1916 :
« Chargé d’assurer les transmissions des ordres et des renseignements pendant les journées du 9, 10 et 11 janvier 1916, s’est acquitté de sa mission d’une façon parfaite et avec la plus grande bravoure, malgré un violent bombardement. »

Citation à l'ordre du 411ème Régiment d'Infanterie, en date du 23 juin 1916 :
« Agent de liaison a toujours montré la plus grande bravoure dans l’accomplissement des missions qui lui étaient conférées. »

Citation n° 582 à l'ordre du Corps d'Armée, en date du 26 mai 1917 :
« Pilote émérite, doué des plus belles qualités d’audace, d’endurance et d’énergie. Volontaire pour toutes les missions les plus périlleuses ; s’est particulièrement distingué les 14 et 26 avril 1917, en allant par très gros temps, sur appareil triplace, exécuter des missions urgentes à l’intérieur des lignes ennemies. »

Citation n° 634 à l'ordre du Corps d'Armée, en date du 6 septembre 1917 : 
« Excellent sous-officier et pilote de premier ordre. Est sorti plusieurs fois par jour pendant la préparation et l’exécution de l’offensive actuelle. Les 13 et 14 juillet a réussi à terminer, avec succès, deux missions photographiques éloignées, sur des avions endommagés par le tir de l’ennemi. Déjà trois fois cité. »

Citation n° 216 à l'ordre de la VIIIème Armée du Slt Jacques Paul Bouvais, du 118ème Régiment d'Infanterie, détaché à l'escadrille SAL 122, en date du 15 juin 1918 : 
« Excellent pilote, a rencontré au cours d’une mission photographique un biplace ennemi de combat, avec lequel il a engagé la lutte à 4 reprises permettant à son observateur de rapporter de nombreux clichés d’un haut intérêt. »

Citation à l'ordre de l'aéronautique du Maroc en date d'avril 1919 : 
« Excellent pilote, dévoué, courageux et allant. Envoyé à Kénilfra en septembre 1918, au lendemain de son débarquement au Maroc, puis dans le Charb, en octobre suivant. N’a cessé de donner l’exemple de l’entrain, se dépensant sans compter et contribuant, pour une large part au succès des opérations aériennes. »

Chevalier de la Légion d'Honneur et citation à l'ordre de l'armée du Slt Jacques Paul Bouvais, au premier groupe d'aviation, en date du 16 juin 1920 : 
« Après avoir été agent de liaison dans l’infanterie et avoir mérité de ce fait 2 citations, a obtenu dans l’aviation, par son courage, ses qualités de pilote, quatre autres citations élogieuses : six citations. »

Admin
Admin

Messages : 153
Date d'inscription : 16/05/2020
Localisation : Europe

Voir le profil de l'utilisateur https://encyclo-ordrenouveau.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum