Encyclopédie de l'Ordre Nouveau
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-56%
Le deal à ne pas rater :
-56% sur le PLAYMOBIL – Calendrier de l’Avent « Novelmore »
19.99 € 44.99 €
Voir le deal

Henri BOTET De LACAZE (Chef de la IVème Cohorte SOL/Franc-Garde bénévole du Lot-et-Garonne, Casteljaloux ; Délégué général de la Milice Française de zone sud)

Aller en bas

Henri BOTET De LACAZE (Chef de la IVème Cohorte SOL/Franc-Garde bénévole du Lot-et-Garonne, Casteljaloux ; Délégué général de la Milice Française de zone sud) Empty Henri BOTET De LACAZE (Chef de la IVème Cohorte SOL/Franc-Garde bénévole du Lot-et-Garonne, Casteljaloux ; Délégué général de la Milice Française de zone sud)

Message par Admin Mar 16 Juin - 11:52

Henri BOTET De LACAZE

Délégué général de la Milice Française pour la Zone Sud (Secrétariat Général - Vichy)
Chef de Cohorte du SOL & de la Franc-Garde bénévole (IVème Cohorte, Casteljaloux - Lot-et-Garonne)

Henri BOTET De LACAZE (Chef de la IVème Cohorte SOL/Franc-Garde bénévole du Lot-et-Garonne, Casteljaloux ; Délégué général de la Milice Française de zone sud) Henri_12


Le baron Henri Léon Fernand François Botet De Lacaze1 est né le 15 juillet 1888 à Labastide-Castel-Amouroux (département du Lot-et-Garonne). Vétéran de 1914-18, où il fut officier de cavalerie au 10ème Régiment de Dragons. Décoré Chevalier de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre avec trois citations. Démobilisé en janvier 1920 avec le grade de capitaine.
Industriel et exploitant forestier (et apiculteur), maire de Labastide-Castel-Amouroux depuis 19202 et conseiller départemental, d'obédience Action Française. Propriétaire d'un château, de plusieurs exploitations agricoles sur Labastide, chef d'une scierie mécanique à Argenton ainsi que plusieurs centaines d'hectares de landes près de Pindères. Il mène un train de vie aisé, s'adonnant à ses passions, l'écriture et la chasse à courre3.
Il accueille la Révolution Nationale avec joie4. D'abord chef communal puis cantonal de la Légion Française des Combattants de Labastide-Castel-Amouroux (canton de Bouglon). Chef de la IVème Cohorte (arrondissement de Casteljaloux) du SOL puis de la Franc-Garde bénévole du Lot-et-Garonne. Bien vu des autorités, il se verra proposer au poste de conseiller national par le préfet.
En bon aristocrate, il pousse ses gens à adhérer à la Milice avec leurs familles ! Dans la nuit du 8 juin 1943, avec une une vingtaine de miliciens, il s'empare de onze side-cars et de quatre motos de la brigade motorisée de Grignols. De Lacaze est relevé de ses fonctions de maire et conseiller départemental, par arrêté du 13 juillet 19435.
Nommé délégué général de la Milice Française pour la zone sud, fin février 1944. Il s'installe à Vichy et devient le principal bras droit de Bout De l'An dans cette zone, donnant instruction aux chefs régionaux et départementaux. Il est appointé 12 200 francs par mois.

Réfugié en Allemagne, à Sigmarigen6, il est nommé chargé des familles et affaires sociales à l'état-major de la Milice. Il aurait pris plusieurs fois la parole à la radio. A noter qu'il était en froid avec Darnand depuis juin 1944, car il avait voulu que la Milice passe à l'Armée Secrète, et Darnand s'y était refuser.
Condamné à mort par contumace et à la confiscation de ses biens par la Cour de justice d'Agen, le 2 mai 1946. Il parviendra à échapper aux tribunaux. Réfugié en Argentine, il y décède le 2 septembre 19567. La justice ordonna la cessation des recherches en 1973 seulement, en apprenant son décès.


1 D'après l'acte de révocation préfectoral de ses fonctions d'élu, et le site genealogiafamiliar.net, son premier prénom est « Léon ».

2 Propriétaire du château De Lacaze (dans sa famille depuis le XVIIIème siècle) avec plusieurs centaines d'hectares terres agricoles et de landes, et d'une scierie mécanique.

3 Franck d'Artenset, futur milicien également, ami de Lacaze, participait souvent à ses chasses.
De Lacaze écrira deux livres sur la chasse à courre : « La chasse landaise » (1929) et « Propos de chasse dans les landes de Gascogne » (1968), qui feront référence.

4 Fin 1940, il déclare lors d'une réunion de la LFC : « La République est morte et bien morte ; grâce à Dieu, nous ne vivrons plus sous ce régime infect. »

5  Il est réintégré dans ses fonctions politiques en février 1944, grâce aux nouveaux pouvoirs de Darnand à la tête de l’État.

6  Deux de ses fils (sur un total de cinq enfants), Jean et Maxime, également miliciens, servirent dans la division « Charlemagne ». Maxime fut chef de peloton à Berlin.

7 Son château fut mis sous séquestre à la Libération, et servit de centre de colonie de vacances après la guerre.


Henri BOTET De LACAZE (Chef de la IVème Cohorte SOL/Franc-Garde bénévole du Lot-et-Garonne, Casteljaloux ; Délégué général de la Milice Française de zone sud) Chzete10
Le château de la famille De Lacaze

Henri BOTET De LACAZE (Chef de la IVème Cohorte SOL/Franc-Garde bénévole du Lot-et-Garonne, Casteljaloux ; Délégué général de la Milice Française de zone sud) De_lac10

Admin
Admin

Messages : 153
Date d'inscription : 16/05/2020
Localisation : Europe

Voir le profil de l'utilisateur https://encyclo-ordrenouveau.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum