Encyclopédie de l'Ordre Nouveau
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

Louis BONHOURE (Secrétaire départemental de la LVF/Légion Tricolore de l'Ariège, membre du PPF ; Secrétaire régional de la LVF de Toulouse)

Aller en bas

Louis BONHOURE (Secrétaire départemental de la LVF/Légion Tricolore de l'Ariège, membre du PPF ; Secrétaire régional de la LVF de Toulouse) Empty Louis BONHOURE (Secrétaire départemental de la LVF/Légion Tricolore de l'Ariège, membre du PPF ; Secrétaire régional de la LVF de Toulouse)

Message par Admin Mar 26 Mai - 13:05

Louis BONHOURE

Secrétaire régional de la LVF (Toulouse)
Secrétaire départemental de la LVF / Légion Tricolore (Ariège), Membre du PPF

Louis BONHOURE (Secrétaire départemental de la LVF/Légion Tricolore de l'Ariège, membre du PPF ; Secrétaire régional de la LVF de Toulouse) Louis_10


Louis Bonhoure est né le 8 juin 1912 à Saint-Jory (département de la Haute-Garonne). Engagé dans l'armée de 1930 à 1932, il travaille ensuite quelques mois chez son beau-père, à Mazamet. Il s'engage dans la Garde mobile, et servira de nombreuses années à Meknès, au Maroc. Il est rayé des cadres de la Garde fin 1941, pour avoir correspondu par lettre avec une femme juive internée au camp de Rivesaltes(1).
Rentré en France en avril 1942, un membre influent du PPF de Narbonne le « pistonne » pour qu'il obtienne le poste de secrétaire départemental de la LVF de l'Ariège. Bonhoure était rémunéré 3000 francs par mois, et tenait son bureau à Foix. Il adhère dans la foulée au PPF. Sollicité par Pincemin pour entrer dans la Milice vers février 1943, il refuse.
Il quitte son poste en mars 1943, et part pour Toulouse, comme secrétaire régional de la LVF(2). Il quitte cette fonction au plus tard fin août 1943(3), et part en Allemagne comme chauffeur, à Dresde (dans l'Organisation Todt, la NSKK ?)(4).
Muté dans un Kommando disciplinaire à la fin de la guerre, pour coups et blessures sur un ouvrier allemand. Dirigé ensuite à la prison de Dresde, en attente d'y être jugé, il est libéré par l'avancée des troupes russes, le 27 avril 1945. Il rentre chez ses parents, à Revel, le 6 juin 1945.
Jugé par contumace le 31 mars 1945 par la Chambre civique de l'Ariège, il est condamné à la dégradation nationale. Il se rend de lui-même aux autorités à Toulouse, le 16 juillet 1945, et est écroué au camp de Noé.

1 Quand Bonhoure demanda des explications à son colonel, ce dernier lui répondit « qu'il était bon pour faire un soldat sous la 3ème République, et non sous le nouveau régime. »
Note personnelle de l'auteur : il ne serait pas étonnant que ce colonel ait par la suite fait une brillante carrière dans le nouveau régime républicain...

2 Selon Julien Meunier, il aurait rejoint Toulouse en juin 1943 seulement...

3 Le capitaine Rollet entre en fonction à ce poste dès le premier jour de septembre 1943.

4 A son procès, Bonhoure déclara qu'il démissionna de la LVF et du PPF en mars 1943 !
Peu après son arrivée à Toulouse, il aurait été accosté dans la rue par des soldats allemands (peut-être des SS...), qui l'emmènent rue du Taur, où on lui demande des explications sur sa démission de la LVF. On l'aurait alors envoyé sous bonne garde au château de Vincennes, où il effectue un stage de chauffeur durant huit jours, puis est envoyé à Dresde. Il est alors, selon ses dires, employé comme chauffeur de transports en commun.
Cette version paraît peu crédible !

Admin
Admin

Messages : 166
Date d'inscription : 16/05/2020
Localisation : Europe

https://encyclo-ordrenouveau.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum